Charlotte Salomon – Vie ? ou Théâtre ?

Écouter - Voir

Livre de Charlotte Salomon

Octobre 2015, l’œuvre de Charlotte Salomon est éditée dans son intégrité pour la première fois au monde de par la volonté et l’engagement de Frédéric Martin, éditions Le Tripode.

Frédéric Martin a travaillé plusieurs années aux éditions Viviane Hamy. Sa spécialité : rééditer des œuvres passées inaperçues, des « ovnis », dont l’espièglerie, l’imaginaire, l’iconoclastie ou la fantaisie sont autant de valeurs qui lui sont chères en littérature. En 2009, il crée les éditions Attila. En 2013, la structure se scinde en deux maisons d’édition, dont il prend la direction de l’une d’entre elles : le Tripode, qui édite une quinzaine d’ouvrages par an. Le graphisme occupe une place primordiale dans les choix éditoriaux, mais il faut avant tout « privilégier la sensibilité aux doctrines ».

 

Charlotte Salomon (1917 -1943) fut la dernière étudiante juive des Beaux-Arts de Berlin. Fin 1938, sa famille décide de lui faire quitter l’Allemagne pour la région de Nice où se trouvent réfugiés, depuis plusieurs années, ses grands-parents maternels.

Charlotte Salomon photoLe 20 mars 1940, alors que l’Allemagne nazie triomphe, la grand-mère de Charlotte Salomon se défenestre sous les yeux de sa petite-fille. Peu de temps auparavant, son grand-père avait révélé à la jeune femme qu’elle est la dernière d’une lignée maternelle dont tous les membres, depuis trois générations, se suicident. Elle apprend ainsi que sa propre mère – qu’elle croyait morte de la grippe en 1926 – s’est elle aussi jetée dans le vide.

À cette situation tragique, elle décide d’apporter une réponse extraordinaire et transcende son destin en mettant en scène son histoire à l’aide de peintures, de textes, de musiques. En moins de deux ans, entre 1940 et 1942, elle peint plus d’un millier de gouaches et en retient 781 qui formeront – avec les feuilles calque sur lesquelles elle écrit simultanément – le roman de sa vie, sa grande œuvre : Vie ? ou Théâtre ?

Charlotte Salomon fut déportée et assassinée à Auschwitz le 10 octobre 1943. L’ensemble de ses gouaches et textes est remis en 1947 à son père, Albert Salomon, et à sa belle-mère. Conscients de l’importance de ces peintures, Albert et Paula décident en 1971 de les confier au Jewish Historical Museum d’Amsterdam. C’est à ce musée que l’on doit depuis la préservation d’une œuvre qui reste inclassable, à la croisée de la peinture, de la littérature, de la musique et du document historique.
Réservez en librairie ou commandez en ligne