Siri Hustvedt, « Un monde flamboyant »

Écouter - Voir

Siri Hustvedt, Un monde flamboyantRoman traduit de l’anglais (États-Unis) par Christine Le Bœuf.

Après sa disparition, une artiste new-yorkaise méconnue de son vivant, Harriet Burden, fait l’objet d’une étude universitaire en forme d’enquête qui, menée auprès de tous ceux qui l’ont côtoyée, dans l’amour ou la détestation, dessine le parcours d’une femme puissante et complexe aux prises avec le déni dont a fait l’objet sa vocation créatrice.

Avec cet envoûtant portrait choral que façonnent des voix récurrentes – celle, ardente ou revendicatrice, de Harriet dans ses carnets comme celles, affectueuses ou corrosives, d’un entourage souvent médusé par sa personnalité complexe -, Siri Hustvedt, en révélant les arcanes les plus profonds du geste artistique à travers le combat d’une femme pour obtenir la reconnaissance dans un monde de l’art dominé par les hommes, livre une fiction d’une vertigineuse habileté que matérialisent les très singulières “installations” de sa protagoniste, étranges mises en scène stylisées où la dramaturgie du roman se fige spectaculairement en mode arrêt sur image comme pour se réinterpréter à l’infini.

Au cœur de l’impitoyable scène artistique de New York, un envoûtant “thriller intellectuel” qui redistribue avec brio les thèmes chers à l’auteur de Tout ce que j’aimais, Un été sans les hommes, ou de La Femme qui tremble, pour constituer une magistrale plongée dans les arcanes de la création comme de l’âme humaine, explorés par une romancière au sommet de son art.